Parmi les prédateurs envahissants le chat représente la plus grosse menace pour la biodiversité

Written by René. Posted in Ecologie, Ecologie et durable

Mais jusqu’à présent, aucune étude n’a pu dévoiler l’importance du problème à l’échelle mondiale.

feral_cat_with_galah

En s’aidant des données de la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature et d’autres sources, Doherty et ses collègues ont confirmé que les prédateurs envahissants, principalement les rongeurs et les chats, mais aussi les chiens, les cochons, le renard roux et la mangouste de Java, représentent l’une des principales causes du déclin de la biodiversité dans le monde entier. Au total, les prédateurs envahissants ont contribué à au moins 87 extinctions d’espèce d’oiseaux, 45 de mammifères et 10 de reptiles, ce qui équivaut à plus de la moitié de toutes les extinctions connues dans ces groupes. 596 autres espèces sont aujourd’hui menacées par des carnivores introduits volontairement ou involontairement par l’humain.

Sans surprise, la grande majorité des espèces qui ont été victimes de prédateurs envahissants sont ce que les écologistes appellent des « endémiques insulaires » : des animaux isolés géographiquement et, dans de nombreux cas, qui occupent une niche écologique très restreinte. Des pays comme la Nouvelle-Zélande et Madagascar, réputés pour leur biodiversité endémique, sont parmi les plus durement touchées.

Ainsi, cet été, la Nouvelle-Zélande a annoncé son intention d’éradiquer tous les prédateurs introduits d’ici 2050, comprenant les rats, les opossums, les hermines, les furets et les chats errants. Comment ? on ne sait pas, mais en mettant en lumière sur la quantité d’espèces en jeu, Doherty espère que son étude stimulera de nouveaux investissements dans ce domaine.

C’est une autre histoire avec les chats qui profitent d’un hébergement humain. Si vous les aimez et en avez, il y a de fortes chances que vous aimiez les animaux en général et des précautions faciles à prendre permettent de minimiser leur impact sur la faune locale. Les empêcher de sortir la nuit, par exemple, peut réduire leur impact de moitié. Les chats devraient également porter un collier avec une cloche, ou, mieux encore, un détecteur sonore qui produit des sons aigus, ce qui ne dérange pas les chats, mais avertit les oiseaux de leur présence. La castration empêche les chats de procréer et les rend moins susceptibles de se déplacer et de chasser. Pour combler leur instinct de chasseur, il faudra également être inventif… Bien sûr, nos amis félins sont irréprochables, ils font juste ce que leur instinct leur dicte et ils sont surtout victimes de leur succès auprès des humains.

L’étude publiée dans PNAS : Invasive predators and global biodiversity loss.

Les hommes et les abeilles, une histoire qui a plus de 9000 ans !

Written by René. Posted in Apiculture, Information

On a longtemps soupçonné que les hommes avaient commencé à travailler avec les abeilles il y a des milliers d’années. Cependant, mise à part quelques dessins égyptiens et un peu d’art rupestre dépeignant une apiculture ancienne, il n’y avait aucune preuve tangible sur notre longue et étroite relation avec les abeilles…. jusqu’à ce jour… les-hommes-et-les-abeilles-une-histoire-qui-a-plus-de-9000-ans Des chercheurs de l’université de Bristol en Angleterre ont analysé les poteries de plus de 6400 récipients préhistoriques; ils ont trouvé des preuves d’anciens agriculteurs, dans ce qui est aujourd’hui la Turquie, qui avaient utilisé de la cire d’abeille en 7000 avant l’Ere Commune. Il se pourrait que l’agriculture ait ouvert la voie à l’expansion des colonies d’abeilles. Avec l’effondrement de nombreuses colonies d’abeilles tout autour du monde, comprendre la relation entre les hommes, l’agriculture et les abeilles, est plus important que jamais. « Maintenant, nous savons  que la cire d’abeille a été utilisée continuellement depuis le septième millénaire avant l’Ere Commune, probablement comme partie intégrante de différents outils, dans des rituels, des cosmétiques, en médecine, comme combustible ou encore pour réaliser des récipients étanches« , rapporte l’un des chercheurs, Alfonso Alday. De précédentes recherches avaient identifié des restes de cire dans de grands récipients qui auraient été d’anciennes ruches. Le produit, récupéré sur des nids d’abeilles, a été ciblé par l’étude pas uniquement pour ses variétés d’utilisation, mais parce que ses lipides sont très résistants à la dégradation. En effet, des traces de cire d’abeille peuvent être trouvées sur des sites archéologiques après des milliers d’années. En cherchant des traces de cire d’abeille dans une série de poteries de différentes régions et de différentes époques, l’équipe a pu recréer une chronologie approximative de l’utilisation de la cire d’abeille à travers l’Europe, l’est de l’Asie et le nord de l’Afrique. Après sa première utilisation en Turquie, en Anatolie, l’utilisation de la cire d’abeille semble s’être répandue vers le nord-ouest, comme on le voit dans des poteries Méditerranéennes, environ 1500 ans plus tard vers 5000 avant l’Ere Commune. On la retrouve souvent mélangée avec de la graisse de ruminants. Ce n’est qu’un peu plus tard que les abeilles seront utilisées en Europe; les chercheurs ont trouvé des traces de cire d’abeille en Grèce datant de 4900 à 4500 avant l’Ere Commune, en Roumanie entre 5500 et 5200 avant l’Ere Commune et en Serbie entre 5300 et 4600 avant l’Ere Commune. Il y a aussi des traces d’utilisation de ce produit au nord de l’Afrique, en Angleterre, Danemark, Allemagne et Autriche, à peu près à la même époque. Mais l’utilisation la plus prolifique a été faite par les fermiers de la Péninsule Balkanique, avec la plupart des poteries contenant des traces de cire d’abeille et datées entre 5800 et 3000 avant l’Ere Commune. Ce qui est intéressant, c’est que cette chronologie suggèrerait que l’expansion de l’agriculture moderne, qui comprend le défrichement des forêts pour le pâturage, a ouvert la voie à l’extension de l’habitat des colonies d’abeille. Comme l’explique l’équipe: « L’ouverture des forêts pour gagner des terres et des pâturages a favorisé le développement des paysages dans lesquels les fleurs et buissons apportaient un environnement adapté pour les abeilles. En un certain sens, les abeilles poursuivaient l’agriculture, étendant leur habitat au fur et à mesure de l’extension des terres agricoles. » L’équipe recherche encore des traces de résidu de cire au nord de l’Ecosse et en Scandinavie au nord du Danemark, mais ils supposent que ces régions se situent au-dessus de la limite où les ruches peuvent survivre…   Source 

Certaines olives noires seraient vertes

Written by René. Posted in Ecologie, Ecologie et durable

Et si les olives noires ne l’étaient pas vraiment. Selon une enquête de 60 millions de consommateurs, certains industriels de l’agroalimentaire utiliseraient des procédés pour rendre leurs produits plus appétissants, grâce à des produits chimiques. Et un des exemples les plus marquants est celui de certaines olives noires. Selon l’association, les olives sont très souvent cueillient vertes (à un faible degré de maturation). Elles sont ensuite placées dans « d’immenses cuves remplies de saumure » et on leur « injecte à forte puissance, de l’air pour provoquer l’oxydation », détaille l’enquête. C’est cette technique qui donne cet aspect noire à l’olive, et pour fixer cette couleur, il leur ait appliqué du gluconate de fer. Pour consommer de « véritables olives noires », il faut éviter d’acheter celle dont l’emballage indique la mention « olives confites » selon l’association.